Shadu Flavien

Frère Flavien, devenu ermite attirait des foules à Diang : ses orphelins, des pêcheurs, des gens de toutes religions venaient voir le «Shadu» qu’ils considéraient déjà comme un saint.

Le père Dujarier

Le père Raymond Dujarier, prêtre du Prado, confesseur du frère Flavien, a concrétisé le rêve de ce grand apôtre, faire de Diang un lieu de pèlerinage à Marie.

Le frère Lawrence

Le frère Lawrence Dias continue l’œuvre de Flavien comme Shadu au sanctuaire de Diang.

 

Entre les collines

Le 11 février 1978, Mgr Joakim Rozario, c.s.c. évêque de Chittagong déclarait l’Ashram de Diang lieu de pèlerinage national en l’honneur de Notre-Dame de Lourdes fête célébrée autour du 14 février.

Sérieusement et pieusement

Chrétiens, hindous, musulmans, boudhistes, religieux et religieuses, orphelins et pêcheurs se coudoient pour la célébration à chaque année. On en compte des milliers.

Marie est couronnée et célébrée

Enfin le rêve de Flavien se concrétisait : rêve qu’il avait mûri en mer, au milieu de ses incroyables déboires et durant ses longues veilles. Maintenant sa vie se déroule au pied du Seigneur et de la Vierge.

Chant et musique sont de la fête

L’Ashram, lieu de prière, a vite rassemblé des foules par milliers. Comme au temps de Flavien, les gens sillonnent les collines en récitant le chapelet et faisant résonner le chant de l’Ave Maria comme les pèlerins de Lourdes.

Les pèlerins participent activement

Les rencontres de prières ont vite pris forme de pèlerinage national. En la fête de Notre-Dame de Lourdes, chaque février, ces foules se rassemblent du jeudi au vendredi après-midi. Chaque diocèse se fait un devoir d’envoyer des représentants portant les intentions de tous.

Le clergé est nombreux

Sous la conduite de l’évêque du lieu et de plusieurs prêtres : célébrations eucharistiques, confessions, processions, prières d’invocation, heures d’adoration sont à l’ordre du jour.

 

 

Évêques participant

Ces activités se poursuivent tout au long de la nuit. Souvent, un film religieux est présenté pour ceux qui veulent profiter à plein de leur séjour dans ce lieu sacré malgré le froid ou la chaleur.

Rassemblement devant la grotte

Les pèlerins arrivent de loin, même parfois le matin ; on leur offre un abri pour se reposer avant de se grouper sous une immense tente pour chanter les gloires de Marie, Notre-Dame-de-la-Misère.

Le repas est partagé

Les repas végétariens sont préparés par des bénévoles et se servent sur les grandes tables, tables de familles comme les aimait frère Flavien.

 

Des fidèles enthousiastes

Si le grain mis en terre doit mourir pour porter du fruit, je crois que Diang produira beaucoup de fruits. Sous une apparence d’échec, tout germe sous la rosée de la foi, de l’espoir et de l’avenir.

Deux confrères en prière

Le frère Lawrence Dias, c.s.c., le gardien actuel de l’Ashram, se fait un devoir, chaque vendredi, à l’heure même où Flavien est décédé, de rester en prière pour quelque temps, demandant l’intercession de son confrère.

Toute splendeur

L’intronisation de la Madone à Miriam Ashram avait été l’occasion d’une fête grandiose. Depuis, les curieux ne cessent de s’arrêter pour l’admirer, les dévots pour prier et les enfants viennent souvent décorer la Vierge avec des couronnes de fleurs sauvages des collines.